Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Occupons l'UdeM
et notre pensée critique

Résistance et réflexion commune

 

En quoi consiste cette occupation extérieure?


Cette action pacifique-active consiste à monter un campement pour ensuite habiter la place. Se réapproprier cet «espace public» qu'est l'université.
Disposer d'un temps neuf pour que nos esprits, une fois rassemblés, s'éclaircissent, prolifèrent d'espoir et de nouvelles habiletés, soit par des discussions/débats/ateliers pour le partage des savoirs.

Déjà pour la première journée, après s'être installé, on prévoit :
- Cours élémentaire sur nos droits
- S'expliquer tous ensemble pourquoi on est là/comment on choisit de résister

- Discussion avec le collectif la Faim de la Hausse qui sera présent pour sa 4e grève de la faim de 48h.

 


DATE INITIALE D'OCCUPATION :

 

samedi 14 avril, 13h
Grande place devant le métro UdeM
(ou rejoignez-nous dès que possible)

 

 

Parce qu'on n'est pas prêts de se décourager, et que le Québec est à TRANSFIGURER ! Les étudiants, synonymes du changement. Passez le mot et soyez des nôtres ! Vers cette ardeur, ce grandiose que nous frôlons, enfin, vers l'étalement de nos convictions ! 

  

_____________________________________________________

 

 
Contactez personnalités publiques et profs sensibles à notre démarche, à nos idéaux. Dites-leur qu'on aura besoin d'eux.

 

 



























 

 

















S'acharner.


Non plus défiler, jouer, « négocier » nos valeurs, essayer dans l'insécurité.
Il faut aller jusqu'au bout, il faut rêver jusqu'au bout.

Une action de résistance combinée aux méninges enflammés qui s'approprient l'espace public.

Quoi faire en temps de grève? Peut-être simplement RÉUNIR, maximiser les POTENTIELS. Cogiter avec l'inconnu, inventer, transmettre le courage. Parce que oui ça fait peur, mais savez-vous c'est précisément là qu'il faut s'immiscer.


C'est fini le temps de défiler, maintenant il faut affronter, disait Guy Debord.

Invitez des gens très motivés, sinon acharnés bien sûr. Oui l'internet est un territoire incongru pour ce genre d'action mais on peut l'utiliser intelligemment... c'est aussi un outil.






Plus on est de fous... plus on transforme le monde.